Chronique Aquamarine d’Andreas Eschbach

IMG_20170620_180831_724Aquamarine, Andreas Eschbach

Pages : 331   ||   Éditions : L’Atalante   ||   Langue : Français (traduit de l’allemand)   ||   Année : 2017 (v.o.: 2015)

J’ai découvert ce livre sur le compte Instagram des éditions L’Atalante et je dois vous dire qu’autant la couverture que le résumé m’ont séduite.

Saha est une jeune fille qui a toujours dû éviter toute activité aquatique pour des raisons médicales ce qui l’a bien sûr isolée dans une ville où tout tourne autours de la mer. Et puis un jour elle est poussée dans un bassin et survit malgré le fait d’être resté une quinzaine de minutes sous l’eau sans respirer…

J’ai lu ce livre comme on boit du petit lait. Tous les personnages sont travaillés qu’importe leur importance dans l’histoire. À l’exception d’un seul que j’aurais voulu voir un peu plus développé et présent, et c’est mon seul bémol pour l’entièreté de ce livre.

Côté personnages, on a bien sûr Saha, adolescente mal dans sa peau, qui a du mal à s’intégrer et qui a appris depuis toujours à avoir peur de l’eau. Elle est en plus victime de brimades d’où l’accident du bassin. On a une véritable évolution du personnage où elle va finir par s’affirmer, s’épanouir et s’accepter.

Et puis il y a Pilgrit, adolescent qui dit tout ce qui pense et ne supportant pas l’injustice. C’était tellement agréable d’avoir un amitié fille-garçon entre deux hétéros. Parce que oui les filles peuvent avoir des amis garçons sans que ceux-ci soit gai. J’ai beaucoup aimé la relation entre Saha et lui, comment leur amitié se met en place et aussi le fait qu’ils aient des points de désaccord mais que ça ne mettent pas tout de suite un froid intersidéral entre eux.

Côté univers, on est dans un monde futuriste (année 2151), plus précisément en Australie dans une zone néo-traditionaliste, c’est-à-dire une zone où on a mis le holà sur tout ce qui est manipulation génétique entre autre. On a moult détails sur comment on en est arrivé là et c’est toujours appréciable de connaitre les raisons de pour quoi ça a mal tourné. Bon, ce n’est pas l’apocalypse mais ce n’est pas non plus un futur qui me fait rêver.

J’ai aussi aimé la complexification progressive de l’intrigue : on n’est pas seulement sur une quête d’identité. Le plus ? Tout cela est parfaitement intégré dans la vie quotidienne de Saha ce qui rend le tout encore plus réaliste puisque cela permet une plus grande description de l’univers et que cela ne signifie pas que le monde cesse d’exister à partir du moment où l’intrigue commence.

Bref, j’ai adoré cette lecture de science fiction dans un cadre maritime. Je la recommande vivement !

Publicités

Une réflexion sur “Chronique Aquamarine d’Andreas Eschbach

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s