Chronique Le Vide de nos Cœurs de J. Warga

20170405_143657Le Vide de nos Cœurs, Jasmine Warga

Pages : 303   ||   Edition : Hugo Roman (New Way)   ||   Langue : Français (traduit de l’anglais)   ||   Année : 2015 (v.o. : 2015)

J’avais vu pas mal d’avis positifs et quand je l’ai acheté il était étiqueté « coup de cœur du libraire » mais je n’ai pas été convaincu par ce livre.

On y suit deux adolescents suicidaires qui se sont rencontré sur un site pour trouver un partenaire de suicide. Roman ayant fixé la date pour le grand saut au 7 avril, il leur reste un mois pour se découvrir et peut-être pour changer d’avis.

Le thème abordé dans ce livre était très intéressant et laissait supposer un roman très émotif qui aurait dû me faire pleurer à chaudes larmes mais ça n’a pas été le cas. Et je précise que je pleure facilement.

Les deux personnages étaient riches aussi bien dans leurs histoires (ce qui était obligatoire vu le thème du livre) que dans leurs personnalités et passions. La science et la musique classique pour elle ; le basket, le dessin et la vie sous-marine pour lui.

Le gros point noir selon moi dans ce livre est qu’Aysel ne m’ait jamais convaincu en tant que suicidaire. J’ai tout de suite vu que c’était une gamine paumée qui avait seulement besoin de parler pour juste aller mieux. Déjà la raison derrière son envie de se suicider ne me semblait pas suffisante. Oui, son père a tué quelqu’un mais son acte aurait pu entraîner deux types de comportements et aucun ne comprend le suicide : le premier est un désir de rattraper la faute de son père ou même de prouver qu’on n’est pas son père en répandant le bien autour de soi, le deuxième est un comportement autodestructeur avec un désir subconscient qu’on est bien l’enfant de son père en commettant des délits. Et ce n’est pas du tout son cas, elle est très renfermée, sans amis, sans vrai relation avec sa famille mais elle n’est pas en échec scolaire, ne consomme aucune substance illégale ni d’alcool, rien. A mon avis elle n’aurait pas pu aller au-delà qu’une tentative de suicide qui aurait été un appel à l’aide parce qu’elle se serait laisser bouffer par le crime de son père en gardant tout pour elle. L’auteure nous donne à la fin du livre une raison à son désir de suicide que je trouve juste mais à la fois j’avais trop l’impression que l’auteur ne l’avait pas pris suffisamment en compte dans la construction du caractère d’Aysel, comme pensé après coup.

Ce qui est tout le contraire de Roman où on comprend très vite sa culpabilité et le fait qu’il ne veuille pas qu’elle disparaisse, qu’il est convaincu de ne pas mériter de vivre. Son histoire m’a vraiment touché. En fait je pense que l’histoire aurait été mieux si on était partis directement d’une rencontre entre une dépressive et un suicidaire plutôt que d’une dépressive déguisée en suicidaire.

En conclusion, Le Vide de nos Cœurs est une lecture qui m’a déçue car le concept prometteur derrière l’histoire n’a pas tenu la route face au caractère/comportement et à l’histoire d’Aysel.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique Le Vide de nos Cœurs de J. Warga

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s