Chronique The Love that Split the World

img_20160908_205155The Love that Split the World, Emily Henry

Pages : 390   ||   Edition : RazorBill   ||   Année : 2016   ||   Langue : Anglais

J’ai eu ce livre dans la Owlcrate box de février qui avait pour thème la science-fiction. Après avoir lu ce livre je ne sais pas si je l’aurais mis dedans mais il y a effectivement une part d’explications scientifiques donc… admettons.

On suit l’histoire de Natalie, une adolescente amérindienne qui a souvent eu des visions d’une femme âgée quand elle était enfant. Cette même femme lui apprend alors qu’il ne lui reste que peu de temps pour sauver quelqu’un sans préciser qui.

Pour que les choses soient claires, c’est le genre de livres que l’on ne comprends qu’à la toute fin. Pendant toute la lecture on est dans le flou, on ne sait pas où on va, il y a beaucoup de mystères. Autre point négatif : trop de sujets sont abordés, tellement que l’on n’a même pas le temps de vraiment les approfondir ce qui nous laisse perplexe dans leur importance pour le récit. Ainsi on évoque l’alcoolisme, l’introspection, la quête de soi et de son identité, l’adoption, la peur de l’abandon, la culture amérindienne, les ruptures difficiles, l’amitié, l’homosexualité… Je trouve que cette profusion de thèmes dessert plus l’histoire qu’autre chose. Histoire qui en elle-même est déjà assez complexe puisqu’elle porte sur les voyages temporels et inter-dimensionnels. De plus tout cela est saupoudré de mythes et légendes de peuples amérindiens, qui bien qu’elles m’aient plut, ont cette obscurantisme caractéristique des peuples dits « primitifs ». Tout cela fait qu’on est dans un état de confusion quasiment permanent, surtout que les révélations n’arrivent réellement qu’au milieu du livre.

Cependant l’écriture est agréable à lire et d’un niveau de langue accessible (un peu moins pour les passages plus scientifiques), pour ceux qui voudraient le lire la difficulté réside principalement dans le scénario.

Donc pour moi, un avis plutôt mitigé sur cette lecture qui aurait gagné à être plus courte et plus centré sur son sujet principal. Néanmoins les derniers chapitres (où tout enfin s’éclairait) étaient excellents, je les ai dévoré. Et plus j’avançais plus j’avais envie de relire les livres tellement plein de détails se sont révélés importants dans la compréhension du tout.

PS : j’ai failli oublier ! J’ai beaucoup aimé le couple Natalie-Beau même si je ne cautionne absolument pas ce prénom ! Non mais franchement, qui va appeler son fils Beau ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s