Chronique Invisibilité de Andrea Cremer & David Levithan

P1030346
Invisibilité, Andrea Cremer & David Levithan

Invisibilité, Andrea Cremer & David Levithan

Pages : 430   ||   Année : 2015   ||   Année v.o. : 2013   ||   Edition : Michel Lafon   ||   Langue : français (traduit de l’anglais)   ||   Titre original : Invisibility

Alors première lecture terminée de 2016 ! Qui est aussi une lecture qui m’a beaucoup plu. Alors on alterne à chaque chapitre entre le récit de Stephen, jeune garçon né invisible et celui d’Elizabeth, jeune fille venant de déménager du Minnesota pour New York à deux portes de chez Stephen.

On a un aperçu de ce qu’est la vie de quelqu’un né invisible, de la difficulté à la fois pour lui mais aussi pour les parents qui ne savent même pas à quoi ressemble leur enfant. Ainsi que de son rôle de spectateur jusqu’à ce que la nouvelle du pallier le voit. Et pour la première fois de sa vie il existe au travers du regard de quelqu’un. Mais seulement d’elle.

S’ensuit une idylle entre les deux jeunes gens et c’est vrai qu’au début je me suis dit que tout allait bien trop vite, surtout côté romance. Cela donnait un peu l’impression : on se rencontre et PAM ! on est ensemble. Mais après ça ne m’a pas tant dérangé que ça. Je préfère ça à la frustration de voir une romance s’installer au bout de trois tomes. Mais bon, il y a quand même un juste milieu.

J’ai bien aimé le personnage de Laurie, petit frère gai d’Elizabeth qui ajoutait une note plus légère et drôle dans le roman.

Aussi, au cours du livre on a un basculement du rôle de personnage principal de Stephen à celui d’Elizabeth dû à la découverte de son don assez sensible. Ce qui a accentué l’effet d’éloignement que la découverte de ce don et son apprentissage a causé dans le couple.

Quant à la fin, ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais et je pense qu’elle a pu décevoir certains lecteurs mais je trouve qu’au final elle est parfaite. Parce qu’elle se concentre sur l’essentiel : leur couple, tout en montrant que la vie n’est pas toujours juste mais qu’il y a de l’espoir.

Au final, c’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié et qui s’est agréablement démarquée de mes autres lectures par son sujet.

oie-8
Challenge Jeunesse / Young Adult #5
Publicités

7 réflexions sur “Chronique Invisibilité de Andrea Cremer & David Levithan

  1. Cette idée d’invisibilité du personnage de Stephen m’intrigue beaucoup. De plus, j’aime beaucoup les deux auteurs qui ont collaboré pour ce roman alors je pourrai peut être l’acheter dans les mois à venir 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s